Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 14:47

Ou "même les belles choses ont une fin"...

 

Mon écran, mon clavier, ma catharsis. Autant tu tais ta souffrance au quotidien, par égards pour l’autre qui n’a cure de tes problèmes, autant une fois de retour chez toi, bien caché dans ta chambre, tu t’abandonnes avec une délectation cynique à déverser tes soucis sur Microsoft Word, comme si quelqu’un allait finalement te répondre quelque chose du style « mais oui tu as bien fait » ou « ne t’inquiète pas, ça va aller mieux d’ici deux semaines, sûr, promis juré ». Cet espoir absurde de rencontrer un réconfort par l’écriture me pousse donc à venir, une fois encore, vider mon sac ici, parce que le simple acte lui-même est bénéfique, cathartique.

 

***

 

« La vie est belle » chantent les poètes, mais y croient-ils eux-mêmes ? Peut-être pensent-ils que le simple fait de le dire a un effet performatif, et que le fleuve de boue qu’ils charrient se transformera soudainement en un merveilleux arc-en-ciel fleuri. Parce que, véritablement, la vie n’a rien de beau. Je dirais même plus qu’elle est d’un cynisme atroce, donnant d’une main et reprenant de l’autre[1]. Je n’ai pas inventé la notion d’ « espoir cruel », je l’ai vécue, comme tout le monde (et, désolée, ça ne me rend pas plus joyeuse de savoir que je ne suis pas la seule à m’être faite avoir).

 

*

 

C’est vrai, pourtant, tu le sais au fond de toi : cet espoir est déraisonnable. Je dirais même plus : absurde. Franchement, qu’est-ce que tu espérais réellement ? Que vouloir quelque chose très très fort le ferait apparaître immédiatement ? Bravo, tu as résolu la faim dans le monde alors ! Non mais, sérieusement !! Qu’est-ce qui t’a fait croire que les beaux jours d’hier n’appartenaient pas à un passé heureux mais révolu ? Comment peux-tu ne serait-ce que te persuader que c’est possible ? Idiote ! Comme dirait l’autre « Le matin tu te lèves, et tu mets un coup de pied au cul[2] » ; traduction : bouge-toi et arrête de vivre dans tes souvenirs.

 

Pourtant, on s’arrête souvent pour lorgner dans le passé. A tort, d’ailleurs, le plus souvent. « C’était le bon temps » : cette phrase résume à elle-même tout le nœud du problème. Il suffit que tu aies été heureux un temps, et tu te crispes autour de cet acquis-qui-n’en-est-pas-un, qui n’est pourtant qu’un instant t, complètement ancré dans son temps et inintelligible ne serait-ce qu’un mois plus tard. Mais pourtant, tu t’escrimes à croire que cet instant était le plus beau de ta vie, tu voudrais le revivre, encore et encore, alors qu’en toute honnêteté, si tu avais vraiment la possibilité d’y revenir, tu le vivrais bien différemment, et sans doute beaucoup moins bien. Comme l’adulte regrette sa jeunesse, le salarié regrette sa vie d’étudiant, le mari sa vie de célibataire, le parent son enfant parti.


Ah ah ah ! Mais si tu y réfléchis deux secondes, tu vois bien que tu n’en voudrais plus de tout ça ! Cher adulte, rappelle-toi les frissons de la jeunesse, incertaine de tout, ignorante, bête, instable ; cher salarié, rappelle-toi cette dépendance financière, cette honte de vivre aux crochets de tes parents, qui se serrent la ceinture pour que tu puisses dépenser leur argent en boisson études ; cher mari, rappelle-toi ce vide dans ton lit, ces soirs où tu cherchais de la compagnie mais ne trouvais que âmes sans essence ; chère parent, te relèverais-tu vraiment en pleine nuit pour donner le biberon à ton môme geignard ? Repasserais-tu tes mercredis à balader tes mioches d’un bout de la ville à l’autre ? Que tu as la mémoire sélective ! Que tu réinventes l’histoire !


Y’a pas plus malheureux qu’un quidam qui regrette sa vie d’avant : cette impression persistante que le meilleur est derrière toi (à ce propos, chers adultes, arrêtez de bassiner les étudiants avec vos phrases à la con style « c’est la plus belle période de votre vie ! », parce que sinon autant se tirer une balle à la remise des diplômes…), que rien ne sera jamais mieux, que ta vie est foutue, que tu ne te lèves le matin que pour préparer ton café… Mais avance mince, avance !

 

*

 

Comme dit précédemment (Nos racines), notre mémoire et nos souvenirs sont autant de pierres d’ancrage qui te disent qui tu es mais peuvent aussi t’empêcher d’avancer. Mais tout ça, tu le sais, depuis le temps. Tu l’as imprimé, t’en parles même souvent avec tes potes en rigolant de ta propre folie. Alors, d’où vient cette fichue nostalgie qui te cloue au sol et te fait pleurer le soir tard dans ton lit ? Pourquoi nos épaules pèsent-elles si lourd que l’on doive les courber encore un peu plus chaque jour qui passe, sentant le poids des regrets, des occasions manquées, des erreurs ? Pourquoi ne peut-on pas s’en débarrasser tout simplement comme d’un vieux manteau, le reléguant au placard étiqueté : « c’était cool, mais je suis sûr que je vais trouver mieux » ?


Mais parce que tu as la trouille pardi ! Comme l’écrit si bien Kundera[3], l’insoutenable légèreté de l’être c’est de savoir que ta vie ne va jamais se répéter, que tu ne sauras jamais si tu as bien fait, que tu n’as pas droit au brouillon : tout ce que tu fais, tu ne peux y revenir, et d’ailleurs à peine l’as-tu fait que cela appartient déjà au passé. Aussi, tu crèves de peur de mal faire, de graver dans la roche pour l’éternité des actes malheureux, que tu regrettes déjà. Pourtant, tu n’y peux rien : tu n’as pas de recul sur ta propre histoire, tu vis dans l’instant présent et l’avenir est en bute à tant de « et si… » que tu ne peux le prévoir. Alors, tu as les foies de faire moins bien, car après tout, ton seul bagage, c’est ce que tu as déjà fait. Tes seules réussites certaines sont les réussites passées, et elles sont autant de menaces d’un « tu ne feras jamais mieux ».


Pourtant, pourtant, le seul moyen d’avancer, c’est de mettre un pied devant l’autre. Mais cela implique de ne pas craindre l’avenir et de ne pas idéaliser le passé.

 

*

 

Moi, j’avoue, je l’idéalise totalement. Pour dire vrai, je n’arrive pas à me départir de cette idée (fausse, fausse, archi-fausse) : mes plus belles amitiés, ce sont mes amitiés d’enfance, mes plus belles entreprises, c’était la musique avec vous, mes plus beaux bonheurs, c’était ma famille réunie, mon plus grand amour, c’était Paul. Le reste, c’est du pipi de chat, du déjà-vu, du même-pas-intéressant, du réchauffé. Le reste, c’est de l’accessoire, parce qu’il faut bien vivre et se lever le matin. Mais le plus important, tu crois le tenir bien au chaud au creux de ton cœur, l’essentiel tu le penses gardé bien précieusement et pour toujours, acquis.


Toutefois, tu te trompes profondément. Je me trompe profondément. Et j’en ai payé le prix. Je vous ferai grâce des détails intimes qui me dérangeraient autant que vous d’être déballés ici, mais je vous assure que j’ai payé le prix de la nostalgie. Et il m’a fallu une énième gamelle pour m’en rendre compte.

 

***

 

Bon, passons donc à la conclusion, résumons, ouvrons le débat (en bonne tradition IEPienne). Regarder trop derrière, ça craint un max. Avoir les chocottes de ce qui va arriver, pareil. Se lamenter sur le présent, c’est dix fois pire. Alors, que te reste-t-il, pauvre chose ? Dans tout ce bazar, que retiens-tu ? Je crois que j’ai l’embryon d’un début de tentative de réponse : assumer une fois pour toutes ton passé. Dépasser les regrets qui te pourrissent l’existence. Et admettre, enfin, que c’est la fin d’une époque. Que cette époque, c’était toi de 19 à 21 ans, que tu as aimé et été aimée parce que tu étais telle quelle à ce moment t, au qu’aujourd'hui à t+1, tu n’es plus la même, vous n’êtes plus les mêmes, et que souffler sur des cendres froides, pleurer cet amour perdu, te lamenter sur ces jours heureux, c’est plus que contre-productif ; c’est te condamner à faire de toi un être gris et triste, en deuil perpétuel, nostalgique d’une époque qui est définitivement terminée et qui ne recommencera pas. Et rien ne te dit que demain ne sera pas mieux qu’aujourd'hui… (BE OPTIMIST)

 

Alors, fais la paix avec ton passé, regarde-le dans les yeux en lui avouant franchement ton mal de vivre actuel, et tu t’apercevras que le simple fait de dire les choses « au passé », c’est déjà les mettre au placard, en sortir apaisé, et avancer. Comme quoi la performativité n’est pas qu’une vue de l’esprit…

 

Après, je dis ça, je ne suis même pas sûre d’y arriver. Mais au moins, j’ai envie que ça fonctionne. C’est déjà ça, non ?

 

Sarah*, nostalgique anonyme



[1] NdA : même si, nous sommes d’accord qu’il y a toujours plus malheureux que toi, ce n’est pas pour autant que tu n’as pas le droit de te sentir malheureux.

[2] Dicton de la coloc-de-la-mort-qui-tue (je sais, nous sommes de grandes philosophes). 

[3] Milan Kundera, L’insoutenable légèreté de l’être, 1984

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Une fois la crise de larmes passée, se poser, s'asseoir et oser s'avouer.
Est-ce le regret du passé qui nous anéantit? Ou bien la misérable peur de l'avenir?

Le passé, quel qu'il ait été, a le mérite d'exister. C'est une référence, un repère. Il est construit, intangible. Immuable. Un boulet ou un moteur. Au choix.
L'avenir est incertain, à bâtir. Un effort. Un de plus. Epuisant à l'avance. Ereintant.
Se bouger. Se (re)lever.
Le passé est enfui. A jamais. L'avenir est là. Ne pas le laisser passer. Quel qu'il soit. S'engouffrer dans le train de la vie. Avec cette trouille au ventre qui tenaille, tétanise, panique.
Suffocant. Mais ne SURTOUT pas le laisser passer. S'y engouffrer. Se laisser porter un temps (longtemps?) Souffler, respirer, se calmer. Et à un moment, descendre. Sans connaître la station.
Décider de s'en ficher. S'arrêter tout simplement. Regarder. Sentir. S'imprégner de l'instant présent. Garder ce qui convient. Jeter le reste. Reprendre le train. Recommencer. Et d'infimes
sensations en d'infimes détails, le présent s'enrichit, imperceptiblement. Inéluctablement.
La douleur s'amoindrit. Toujours là, intime, vivace, compagne de chaque instant, de chaque endroit. Intrinsèque. Mais supportable, enfin.
Et les yeux retrouveront la trace des panneaux, liront les destinations. L'option "choix" sera de nouveau disponible.

Le meilleur doit être à venir. (Ou alors c'est maintenant qu'il faut se tirer une balle...)

Les casseroles ralentissent, fixent...ou permettent de voir plus loin si on les entasse et les escalade...

Co-écrire la dernière page d'un chapitre est la chance inouïe de pouvoir la tourner sereinement, en clouant le bec aux "si...". Démarrer le chapitre suivant sans ardoise.

Les illusions en moins sont des vérités en plus. Et les valises deviennent bagages.

"Il faut essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour l'exemple". (Jacques Prévert)


Répondre
C

Heu...réclamation : quand on se rencontre à 18 ans tout juste, on est considérés comme "amis d'enfance" ? Sinon, ch'uis trop vexée.

Je ne sais plus quel sage-philosophe-sans-doute-torturé-mais-philosophe-quand-même a dit "L'ombre du futur vaut mieux que la lumière du passé". Philosophique, pas vrai ?

Sinon, évidemment, il reste encore et toujours la prière.


Répondre
A


Ben de toute façon j'ai pas vraiment d'amis d'enfance au sens propre du terme, je ne sais pas ce que j'ai fait de mes potes de primaire, mais mes plus anciennes
amitiés datent de 10 ans max. Et puis on sait bien que ce n'est pas la quantité qui compte...


J'aime bien ton philosophe en tout cas, faudrait l'inviter à boire un café, il pourrait peut-être nous permettre de nous décider une bonne fois pour toutes : on
saute ou on se pend ?


A moins que la vérité ne soit cachée chez Agapé, ce qui expliquerait ton intérêt...



J

Comme d'hab j'ai envie de dire, super article.

Dans tout ce que tu énumère comme "façon de vivre" (regarder le passé, voir l'avenir) j'ai l'impression de pas retrouver, à mon sens, la meilleure façon de vivre à mon sens : Celle du jour le
jour.

C'est un peu comme ça que je fonctionne je pense, j'essaye de ne pas pensé au passé, bien qu'à certains moments on y replonge, je ne me projette pas trop dans l'avenir (si ce n'est que pour de
petits projets du genre acheter une voiture). Je profite du moment présent tout simplement.

Les souffrances liées au passé font partit de nos bagages, on les traînes, mais ils sont rangés au font de la valise après tout, rien n'empêche de ne pas la déballer et d'y entasser toujours un peu
plus d'affaire.
C'est sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais ça permet de rien regretter et de ne rien envier de ce que l'on avait avant.


Enfin bref, moi je vais retourné bosser, mais un dernier mot pour la fin : chère Sarah, profite de tes années étudiantes car ce sont les meilleures de ta vie :p

Gros bisous miss ;)


Répondre
A


Je comprends très bien ce que tu veux dire, et c'est vrai que ça simplifie bien la vie. Le seul problème à mon sens c'est que ça nous empêche de prendre du recul sur
les choses ; on a trop le nez dans le guidon, dans "l'instant présent", et on s'aperçoit parfois trop tard de certaines erreurs...


Mais, comme tu dis, cela permet aussi de profiter "tout simplement". Me mettre à ton rythme me permettrait peut-être d'échapper à la qualification "fille prise de
tête" ;).



Présentation

  • : Mes pérégrinations
  • : Ailleurs... avec vous. Je quitte une vie, en démarre une nouvelle. Mais, encore et toujours, avec vous dans mes bagages. Bienvenue !
  • Contact

Profil

  • Astérie*
  • Rieuse aussi bien que sérieuse,
 délirante comme chiante,
 je vous saoûle, me défoule,
 cours à 100 à l'heure, prends le temps du bonheur.
 
 ...Comme Vous, une foule de paradoxes...
 
 Les exploiter, pour avancer.
 Vivre. Respirer.
  • Rieuse aussi bien que sérieuse, délirante comme chiante, je vous saoûle, me défoule, cours à 100 à l'heure, prends le temps du bonheur. ...Comme Vous, une foule de paradoxes... Les exploiter, pour avancer. Vivre. Respirer.

Salutations

  S'installer ailleurs, une grande aventure...
Je la vivrai avec vous, si vous le voulez bien :).
 

Je suis là, blottie dans mon lit, sous la couette : musique à fond, des étoiles au plafond, mes bouquins pour dessus-de-lit, mes dessins pour oreiller, et vous pour m'accompagner dans ce drôle de rêve. 

Pour autant, rien n'exclut les moments de folie, les fous rires endiablés, les délires assumés et les prises de position passionnées !
Aussi je vous invite à suivre mes pérégrinations... aussi bien virtuelles, que visuelles, imaginaires, touristiques, méditatives, sentimentales, estudiantines ou festives. 
Bien à vous,
Astérie*

P.S. : Pour suivre au mieux l'actualité de ce blog, parfois...chaotique ;-), n'hésitez pas à syndiquer ce site grâce au flux rss (si vous avez Mozilla Firefox, un simple clic suffit sur le lien sous mon profil, à droite).